Définition

La mésothérapie est une pratique médicale  qui repose sur des injections locales très superficielles,  intra-épidermiques (dans la couche superficielle de la peau), intradermiques (dans la couche profonde de la peau) ou hypodermiques (dans le tissu cellulaire profond), de doses  très faibles de médicaments, en ciblant la zone à traiter. Le docteur Pistor qui la mise au point recommandait d’ « Injecter peu, rarement, et au bon endroit. ». Elle est aujourd’hui d’usage courant dans le domaine de la médecine du sport et de la médecine esthétique

Une pratique thérapeutique reconnue

La mésothérapie est mise au point,  en France au début des années 1950, par le docteur  Michel Pistor, qui, en 1958, baptisa cette nouvelle pratique médicale du nom de Mésothérapie, du grec « mesos » (milieu) et « thérapie » (traitement médical), qui signifie une thérapie centrée sur  la zone à traiter. En 1964, le Docteur Pistor fonde la Société Française de Mésothérapie. En 1987, l’Académie nationale de Médecine française reconnaît la mésothérapie comme partie intégrante de la médecine. L’année suivante cette pratique commence à être enseignée à l’université  dans le cadre d’un diplôme universitaire.

Les indications

La mésothérapie fut d’abord utilisée pour soigner l’arthrose et les douleurs rhumatismales, les troubles de la circulation sanguine (jambes lourdes) et, dans le domaine du sport, tendinites et élongations. Elle est aujourd’hui mise en pratique dans le domaine de la médecine esthétique comme complément à la chirurgie.

La mésothérapie permet de  revitaliser le visage et le contour des yeux, d’améliorer l’aspect des rides,, de soigner l’alopécie (chute de cheveux) d’atténuer les cicatrices, de traiter la cellulite qui se loge dans les cuisses, les bras, les fesses et les hanches.

Les techniques d’injection dans le domaine de la médecine esthétique

Un traitement par mésothérapie exige  un matériel particulier. Les aiguilles ont un diamètre de 0,4mm et une longueur qui varie entre 4mm et 13mm en fonction de la profondeur  de l’injection programmée. Elles sont conçues pour faciliter la pénétration du produit. Elles sont aussi adaptées aux injections effectuées avec un injecteur électronique, le pistolet de mésothérapie.

Deux techniques d’injection peuvent être mises en œuvre en fonction du problème à traiter.

Une injection manuelle épidermique, à moins de 0,5mm de profondeur, ou intradermique, à moins de 2mm,  ne produit généralement ni douleur, ni saignement tout en donnant des résultats satisfaisants. Mais parfois le traitement requiert des injections plus profondes.

En effet, pour donner du volume à des zones affaissées, pour redessiner l’ovale du visage, il est nécessaire d’injecter le produit dans le derme à une profondeur plus importante. Des injection manuelles intradermiques profondes, ciblées et répétées, dites « au coup par coup »,  sont douloureuses et occasionnent parfois de petits hématomes. L’utilisation de pistolets injecteurs électroniques permet d’atténuer ces inconvénients. Les injections sont effectuées à la profondeur désirée et suscitent peu de douleur. Le pistolet injecteur permet aussi de régler la quantité du produit à injecter et le rythme de l’injection.

Le nombre d’injections et de séances varie en fonction du résultat attendu et du problème à traiter.

Le choix du produit

La mésothérapie dispose d’une gamme très large de produits  injectables en fonction du traitement préconisé. Les produits injectés  sont tous utilisés en médecine et disponibles en pharmacie en France. Ces médicaments sont des mélanges de vitamines, d’oligo-éléments, de minéraux et d’acide hyaluronique. Dans le cas de la cellulite, par exemple,  peuvent être injectées, des enzymes collagénases ou de la caféine.

Pour être utilisés en mésothérapie, les produits à injecter doivent  impérativement posséder les caractéristiques suivantes : solubilité dans l’eau, capacité à se mélanger  avec d’autres produits, pH neutre et excipients non allergisants.

Les effets secondaires

Les effets secondaires sont extrêmement rares ou limités si les injections sont pratiquées par un médecin compétent.

Les infections cutanées sont exceptionnelles. Cependant, l’apparition d’hématomes ou de réactions allergiques proches de l’injection, peuvent se produire.

Les précautions à prendre

Tout d’abord,  le patient doit être impérativement informé des bénéfices attendus et des risques d’effets secondaires encourus, avant d’accepter le traitement par mésothérapie.

Avant la séance de mésothérapie, le médecin demandera au patient s’il souffre d’une maladie,  s’il suit un traitement médicamenteux quelconque ou s’il a pâti d’allergies ou de réactions anormales après un traitement médical ou une séance de mésothérapie antérieure. Il lui conseillera d’éviter  la prise d’aspirine ou d’anti-inflammatoire dans les 2 à 5 jours qui précèdent la séance.

Par ailleurs, sur les conseils du praticien,  aucune pommade, lait corporel, ou maquillage ne devront recouvrir la zone à traiter. Des vêtements trop serrés seront  proscrits durant la séance et pendant la période de convalescence et ne devront pas être en contact avec les zones traitées.

Après la séance, le médecin conseillera au patient, d’éviter les massages, sauna ou hammam et les bains de façon générale pendant 24 à 48 heures. Le patient ne devra pas s’exposer au soleil et s’abstiendra d’enduire la zone traitée de pommade ou de maquillage pendant 48 heures. Le contact avec la poussière est fortement déconseillé durant la convalescence.

Conclusion

Ainsi pratiquée dans de bonnes conditions, la mésothérapie est une pratique médicale  sûre, peu contraignante et dont les effets secondaires sont limités. Elle permet d ‘améliorer de manière notable la qualité et la trophicité de la peau au niveau des régions traitées.